iclmg

iclmg's picture
International Civil Liberties Monitoring Group
About this Member 

In the context of the growing deployment of the North American Security Perimeter a dizzying number of watch lists and computerized risk scoring systems are being set up in Canada and the United States. Travellers are being screened against the Canadian no-fly list, the U.S. no-fly list, and other watch lists which may contain a total of one million names before the end of 2008.

Moreover, the U.S. is planning to implement its new Secure Flight program which will increase the risk of passengers being turned back, singled out for secondary interrogation or even detained. And the airline industry has a secret list of persons it considers undesirable.

The Canada Border Services Agency has its own series of "lookouts" and risk assessment mechanisms for persons of interest, developed jointly with the U.S. The unchecked proliferation and harmonization of these lists mean that more and more people are being snagged. The odds of mistaken identities or false positive is increasing, putting people at risk of being unfairly targeted, denied the right of entry, or detained with little or no recourse.

There are serious concerns that many individuals, who are often pulled out, are victims of racial, ethnic or religious profiling. Increasingly, other groups who encounter problems when travelling include: peace and labour activists, who have taken part in demonstrations or picket lines, members of the Gay and Lesbian community and many others who share the same names as individuals on watch lists.

This research project on the surveillance of travellers aims to document the number of people who believe they have been mistakenly or unfairly targeted, and the nature of the incident. Its purpose is also to investigate and generate better public understanding of the practices, programs and systems used to screen travellers at Canadian airports and at Canada/U.S. border crossings in order to assess the scope and depth of their concrete impacts on privacy rights and mobility rights.

The International Civil Liberties Monitoring Group and its partners have set up this research project because we need more knowledge to inform our work promoting and defending civil liberties, privacy rights and mobility rights.

À propos de ce membre 

À mesure que se déploie le Périmètre de sécurité nord-américain, un nombre effarant de listes de surveillance et de systèmes informatisés de cotation des risques sont mis en place au Canada et aux États-Unis. 


Les voyageurs sont filtrés au moyen de la « Liste des personnes désignées » - ou liste d'interdiction de vol - canadienne, de la no-fly list américaine et d'autres listes de surveillance qui pourraient contenir jusqu'à un million de noms d'ici la fin de 2008. 

Par ailleurs, les États-Unis prévoient mettre en application leur nouveau programme Secure Flight, ce qui augmentera le risque pour des passagers de se voir refouler, soumis à un deuxième interrogatoire voire placer en détention. Et l'aviation commerciale a, elle aussi, une liste secrète de personnes qu'elle juge indésirables. 

L'Agence canadienne des services frontaliers a sa propre série d'avis de signalement et de mécanismes d'évaluation des risques pour des "personnes d'intérêt", qu'elle a élaborés en collaboration avec les États-Unis. La prolifération incontrôlée et l'harmonisation de telles listes ne pourront que causer des ennuis à un nombre toujours plus grand de voyageurs. Le danger d'erreurs sur la personne ou d'erreurs d'identité augmente, exposant ainsi les gens à être ciblés sans motif valable, à se voir refuser l'entrée ou à se faire arrêter dans un pays où ils n'auront que peu ou pas de recours. 

Il y a tout lieu de s'inquiéter que de nombreuses personnes, interceptées à répétition, soient les victimes de profilage racial, ethnique ou religieux. De plus en plus de personnes appartenant à certains groupes ont des problèmes lorsqu'ils voyagent, notamment des militants pacifistes et syndicaux qui ont participé à des manifestations, des membres de la communauté gaie ou lesbienne et bien d'autres personnes qui portent le même nom que des gens fichés. 

Ce projet de recherche sur la surveillance des voyageurs veut documenter le nombre de personnes qui estiment avoir été ciblées injustement ou par erreur, ainsi que la nature des difficultés qu'elles ont rencontrées. 

Le projet a pour but de recenser les pratiques, les programmes et les systèmes employés pour filtrer les voyageurs dans les aéroports canadiens et aux postes frontaliers afin d'évaluer la portée et la gravité de leur impact concret sur les droits à la vie privée et à la libre circulation et d'en informer le public. 

La Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles (CSILC) et ses partenaires ont mis sur pied ce projet de recherche afin de défendre les libertés civiles et les droits de la personne. En disposant d'une meilleure information, nous serons mieux en mesure de faire des représentations auprès des députés fédéraux, des fonctionnaires et des organismes responsables.