Déclaration 2016 de Voices-Voix


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Voices-Voix est une coalition non-partisane formée de Canadien.ne.s et d’organisations canadiennes qui sont engagés à défendre nos droits individuels et collectifs au débat et à la dissidence.

Nous croyons que, pour protéger nos droits et promouvoir un environnement sain pour le débat, la dissidence, la diversité et la démocratie, le Canada doit effectuer des changements en profondeur à nos lois, institutions, priorités et à notre culture politique. Le gouvernement fédéral doit intégrer les droits humains à travers tous ses programmes et ses politiques ainsi qu’honorer ses engagements en vertu du droit international. Nous devons créer les conditions qui garantissent la justice sociale et qui permettent à tous les Canadien.nes de jouir de leurs droits, de l’accès aux besoins de base, tels que la nourriture, l’eau, le logement et un environnement sûr et durable, à l’exercice de leurs libertés d’expression et d’association.

Le Canada a besoin d’un environnement favorable qui permette l’épanouissement des organisations de la société civile. Cela signifie établir un cadre légal et un cadre de financement qui facilitent leur gouvernance et leur fonctionnement. Les groupes qui représentent des communautés marginalisées et qui travaillent pour l’égalité et la justice sociale auront besoin d’un soutien particulier. Ceci est particulièrement important dans un contexte où les femmes, les personnes racialisées, les personnes vivant avec un handicap, les communautés LGBTQ, les communautés musulmanes, les personnes vivant dans la pauvreté, les jeunes et les autres ont porté et continuent de porter le poids des coupures, des attaques et de la marginalisation.

Le gouvernement du Canada doit établir une relation avec les peuples autochtones qui soit fondée sur les droits, le respect, la coopération et le partenariat. Aborder l’héritage durable du colonialisme et du génocide culturel est essentiel si nous voulons atteindre l’égalité et la justice pour tous. Cela exige la poursuite enthousiaste d’une véritable réconciliation entre les communautés autochtones, l’État et les institutions de la société civile.

Le gouvernement doit créer des opportunités pour une participation significative dans le développement des politiques publiques. Nos droits à la défense des droits, à la dissidence et à la liberté d’expression doivent être promus et respectés. Les voix des divers groupes doivent être entendues et des efforts doivent être faits pour répondre à leurs préoccupations. Nous avons besoin de médias dynamiques, indépendants et responsables, qui fournissent de l’information et une diversité d’opinions aux Canadien.ne.s et qui servent de forum pour le dialogue et le débat. Les chercheurs doivent avoir un climat intellectuel qui permette la discussion d’un éventail d’idées et une recherche publique basée sur la curiosité et accessible au public.

Nous avons également besoin d’une fonction publique non partisane et basée sur le mérite. Les fonctionnaires doivent être habiletés à fournir des conseils informés, francs et indépendants sans crainte de représailles. L’indépendance et l’autonomie des institutions publiques doivent être protégées. Les Canadien.ne.s devraient avoir un accès complet à l’information et à la recherche recueillies par la fonction publique, y compris ses scientifiques.

Ensemble, nous nous engageons à faire pression pour le respect de la dissidence et du débat ouvert et libre au Canada. Unis, demandons au gouvernement du Canada de :

Promouvoir activement la diversité politique, la défense des droits et la dissidence

  • Respecter, protéger et mettre en œuvre les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique;
  • Créer des mécanismes de protection efficaces pour les fonctionnaires qui sont des dénonciateurs ou qui donnent des conseils directs;
  • Sanctionner les fonctionnaires et les législateurs qui dénigrent, diffament ou exercent des représailles contre ceux qui critiquent le gouvernement;
  • Soutenir les médias indépendants et promouvoir divers médias à travers le Canada qui transmettent un vaste éventail d’opinions et de voix.

Promouvoir un environnement favorable pour les organisations de la société civile

  • Mettre en place des modalités de financement qui soient robustes, équitables, justes et qui assurent la transparence et l’imputabilité mutuelle;
  • Veiller à ce qu’aucun secteur ne fasse face à des répercussions pour des motifs partisans, tel que ce fut le cas pour les organisations des droits des femmes, de l’environnement et d’autres organisations basées sur les droits humains;
  • Promouvoir et mettre en oeuvre des instances inclusives et significatives de dialogue politique et de consultation avec les citoyens et les groupes de la société civile;
  • Permettre aux organisations caritatives de faire du plaidoyer pour leur mandat sans restriction et mettre en œuvre, en consultation avec ce secteur, des solutions pour éliminer toute ingérence politique dans leur travail.

Renforcer l’imputabilité parlementaire et les institutions et processus démocratiques

  • Restaurer et renforcer les institutions gouvernementales et les organisations axées sur la connaissance et la science publique indépendantes;
  • Éliminer l’utilisation de lois omnibus;
  • Assurer que les avocats du gouvernement soient légalement tenus d’informer le Parlement des projets de loi qui risquent d’être jugés inconstitutionnels
  • Soutenir une plus grande participation des femmes et des minorités dans les processus politiques au Canada, du bureau politique aux consultations publiques.

Être transparent et imputable

  • Mettre à jour les lois sur l’accès à l’information et la vie privée, en élargissant leur portée, en éliminant les vides juridiques, en prenant en compte les avancées technologiques et en assurant un traitement rapide des demandes;
  • Veiller que les lois sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité nationale soient conformes avec la Charte des droits et libertés;
  • Veiller à ce que les agences de sécurité et d’intelligence soient soumises à un contrôle parlementaire et un examen indépendant et obliger les agences à rédiger un rapport sur les impacts de leurs activités sur les droits humains;
  • Garantir le droit des fonctionnaires et des chercheurs financés par l’État de parler publiquement de leurs recherches et résultats.

Respecter l’autodétermination et les droits des peuples autochtones

  • Reconnaître les droits humains fondamentaux et autochtones des Premières Nations ainsi que des peuples Métis et Inuit. Cela inclut : les traités historiques, les traités contemporains; aborder les accords de revendications territoriales dans un délai raisonnable et d’une manière qui n’oblige pas que le titre et les droits autochtones soient remis;
  • Mettre fin à la répression et à la criminalisation des peuples autochtones qui agissent pour protéger leur terre, leur culture et leurs droits;
  • Retirer la discrimination fondée sur le sexe de la Loi sur les Indiens et corriger les effets de la discrimination basée sur le sexe pour tous les peuples autochtones;
  • Soutenir les initiatives d’autodétermination conformément à la Déclaration sur les droits des peuples autochtones en s’engageant à respecter le consentement libre, préalable et éclairé et mettre en œuvre les recommandations de la Commission Vérité et Réconciliation;
  • Veiller à ce que l’offre de services publics aux peuples autochtones, incluant de l’eau propre, un logement adéquat, des soins de santé, des soins aux aînés et l’éducation, soit équitable et culturellement appropriée.

Appui institutionnel

Si votre organisation souhaite appuyer la Déclaration 2016 de Voices-Voix, cliquez ici.

Pétition

Pour appuyer la Déclaration à titre individuel, veuillez signer la pétition ci-dessous.

This field will not be displayed publicly | Ce champ ne sera pas affiché publiquement
10 + 9 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.