Le gouvernement fédéral « démantèle la démocratie », selon un nouveau rapport

Le 16 juin 2015 (Ottawa) – Dans un rapport percutant, une coalition de groupes citoyens documente les tactiques employées par le gouvernement fédéral pour miner la démocratie canadienne et exige une réorientation fondamentale en matière d’actions et d’attitudes afin de favoriser le débat, la différence d’opinion et la diversité.

Voix, une coalition bénévole de plus de 200 groupes citoyens, a mené plus de 110 études de cas qui « relient les points » et démontrent une tendance claire de la part du gouvernement fédéral à réduire les critiques au silence, à étouffer les débats, à restreindre les connaissances et à fuir ses responsabilités.

« Nous observons de plus un plus, depuis quelques années, un changement de ton et de tactiques de la part du gouvernement », explique Mary Eberts, professeure de droit et avocate spécialisée dans les droits de la personne. « Plutôt que d’encourager la diversité des opinions et favoriser la discussion comme moyen d’élaborer de bonnes politiques publiques, le gouvernement cherche constamment à mettre fin aux débats et à discréditer les points de vue divergents. »

Dans un rapport intitulé La démocratie démantelée : étouffer le débat et la dissidence au Canada, Voix documente l’usage abusif des règles parlementaires, l’intimidation des fonctionnaires, l’intimidation des organismes dont les positions sont contraires à celles du gouvernement et le retrait du financement de ces derniers.

« Que ce soit en réduisant le financement destiné aux contestations fondées sur la Charte menées par des groupes revendiquant l’égalité, en écartant ou en se débarrassant carrément d’organismes de surveillance ou en violant le droit à la vie privée des défenseurs des droits des Premières nations, le gouvernement actuel fait preuve de mépris à l’égard des droits de la personne et des défenseurs des droits de la personne », avance Alex Neve, d’Amnistie internationale Canada.

Selon Robert Fox, un membre du comité directeur de Voix, « plutôt que de créer un climat favorisant le respect des droits de tous et toutes, le gouvernement évoque la sécurité nationale, les intérêts économiques et l’austérité pour piétiner les droits des plus vulnérables et des organismes qui s’évertuent à les défendre. »

Le rapport documente également les cas où le gouvernement a restreint la capacité de ses propres ministères et agences indépendantes d’offrir l’information et l’analyse nécessaires à l’élaboration et l’adoption de politiques saines. Du sabordage du formulaire détaillé du recensement au muselage de la communauté scientifique, en passant par le retrait du financement des efforts de sensibilisation fondés sur des données probantes, le gouvernement adopte délibérément une stratégie visant à réprimer toute opinion divergente.

« Sur tous les enjeux critiques comme les droits des femmes, les changements climatiques, la souveraineté autochtone ou la sécurité nationale, le gouvernement nuit aux individus et organismes dont les points de vue diffèrent des siens », affirme Michel Lambert, d’Alternatives, un organisme de coopération internationale. « Dans un premier temps, il retire leur financement, puis il les taxe ensuite d’être de dangereux extrémistes et cherche à les priver d’autres formes de soutien ou de ressources. Craignant perdre leur financement ou leur statut d’organisme de bienfaisance, de nombreux organismes sont intimidés et réduits au silence. »

Voix invite les Canadiens et Canadiennes à faire pression auprès des politiciens afin qu’ils s’engagent clairement à respecter les droits, à favoriser le sain dialogue et à renforcer la démocratie.

« Les autres partis affirment qu’ils n’agiraient pas comme le présent gouvernement, mais nous craignons que la situation actuelle devienne la nouvelle norme », explique Joanna Kerr, de Greenpeace Canada. « C’est pourquoi nous sollicitons un engagement ferme, de la part de tous les partis et candidats, à mettre fin à ces injustices et à réinstaurer un climat favorable au débat sain et inclusif, fondé sur des données scientifiques probantes et respectueux des droits des Canadiens et Canadiennes. C’est l’avenir même de la démocratie canadienne qui est en jeu. »

- 30 -

Le rapport La démocratie démantelée : étouffer le débat et la dissidence au Canada se trouve en ligne ici : http://voices-voix.ca/fr/democratiedemantelee. Les études de cas peuvent être consultées sur le site http://voices-voix.ca.

Pour plus de renseignements ou pour organiser des entrevues avec les porte-paroles de Voix, veuillez communiquer avec Tim McSorley au 514-561-9919 ou communications@voices-voix.ca.