Les Canadiens s’expriment en faveur de la dissidence et de la démocratie

14 mai 2016 (Ottawa) – Une coalition d’organisations canadiennes exhorte le gouvernement fédéral à prendre des mesures immédiates et concrètes pour défendre la liberté d’expression, protéger la dissidence et renforcer les droits démocratiques dans le pays.

 « La dernière décennie a montré que nous ne pouvons pas faire preuve de complaisance dans la protection de nos droits fondamentaux à la liberté d’expression et de réunion », affirme Tim McSorley de la coalition Voices-Voix, qui a lancé un appel à l’action. « Même si nous avons été encouragés par certaines annonces récentes du gouvernement, il reste beaucoup de travail à faire pour veiller à ce que ces droits soient protégés à l’avenir ».

La Déclaration Voices-Voix, rendue publique aujourd’hui, est déjà appuyée par 200 individus et 25 organisations, incluant Amnistie internationale Canada (les branches francophone et anglophone), le Conseil canadien pour la coopération internationale, le Conseil national des musulmans canadiens, Canada sans pauvreté, Greenpeace Canada, la Coalition internationale pour la surveillance des libertés civiles, Environmental Defense, Action Canada pour la santé et les droits sexuels et le Fond d’action et d’éducation juridique pour les femmes (PEAJ).

Elle énonce les mesures immédiates que le gouvernement doit prendre pour protéger les droits et promouvoir un environnement sain pour le débat, la dissidence, la diversité et la démocratie au Canada. Ceci comprend :

  • Rétablir le financement aux groupes qui ont fait face à des attaques partisanes sous les gouvernements précédents, y compris les femmes, les personnes racialisées, les personnes vivant avec un handicap, les communautés LGBTQ, les communautés musulmanes, les communautés autochtones et les personnes vivant dans la pauvreté;
  • Mettre en place une meilleure protection pour les dénonciateurs du gouvernement;
  • Améliorer les lois en matière d’accès à l’information;
  • Réviser et abroger les lois en matière de sécurité nationale qui violent les droits inscrits dans la Charte; et
  • Mettre un terme à la criminalisation des militants autochtones.

La déclaration intégrale est disponible ici : http://voices-voix.ca/fr/declaration-2016

« Nous avons vu à quel point il est facile pour notre gouvernement de congédier, diffamer, couper le financement et nuire aux efforts des individus et des organisations qui osent tout seulement exprimer leur opposition aux politiques gouvernementales », affirme Pearl Eliadis, membre du groupe stratégique de Voices-Voix. Au courant des six dernières années, Voices-Voix a publié plus de 120 études de cas sur des exemples d’attaques du gouvernement sur la dissidence et le débat. « Aujourd’hui, nous nous réunissons pour exposer les mesures que le gouvernement doit prendre pour que cela ne se reproduise plus. »

Le communiqué d’aujourd’hui coïncide avec la Journée mondiale pour l’action citoyenne, organisée par l’Alliance mondiale CIVICUS, dans le cadre de laquelle plus de 100 autres groupes organisent des évènements dans le monde pour promouvoir la protection des droits civiques. « Les Canadiens ne sont pas seuls dans cette bataille pour protéger les libertés fondamentales », affirme Julia Sanchez, présidente et directrice générale du Conseil canadien pour la coopération internationale ainsi que membre du groupe stratégique de Voices-Voix et du conseil d’administration de CIVICUS. « Le gouvernement canadien est en train de travailler en vue d’améliorer le respect des droits humains à l’international, mais nous devons donner l’exemple. Ces droits doivent être solidement respectés au pays pour que le gouvernement puisse les promouvoir vigoureusement à l’étranger ».

Lorsque Voices-Voix a été fondée en 2010, la coalition a publié sa déclaration initiale, qui a mis en garde à l’époque que: « les institutions démocratiques, les organisations de la société civile et les défenseurs de droits humains au Canada ont été affaiblis, marginalisés et réduits au silence » et que « la qualité et la santé de la vie démocratique au Canada est gravement menacée. » 

« Le climat politique a changé au Canada est nous nous attendons maintenant à ce que le gouvernement collabore avec les organisations des peuples autochtones, les organisations de la société civile et avec le grand public pour aborder ces préoccupations », affirme Alex Neve, Secrétaire général d’Amnistie Internationale Canada et membre du groupe stratégique de Voices-Voix. « Il est maintenant temps de façonner le programme de réformes nécessaires pour garantir que les droits humains clés qui sont au cœur de l’expression de la dissidence, de l’accès à l’information et de la pleine participation au débat démocratique, soient protégés et non vulnérables aux changements politiques. »

Les organisations et le public sont invités à signer la déclaration et à envoyer des lettres à leurs députés en visitant www.voices-voix.ca.  

-30-

Contacter :

Tim McSorley (514) 561-9919