Une Journée pour la démocratie

Mercredi, 6 avril 2011 - 12:00pm
Affiche - Une Journée pour la démocratie

Le mercredi, 6 avril 2011, dans de multiples villes à travers le Canada, les organisations formant la Coalition Voices-Voix ont organisé une variété d'événements dans le cadre de « Une journée pour la démocratie ».

Ces événements visaient à encourager les canadiens à discuter de la démocratie, de la liberté d'expression et de la transparence au Canada, et plus précisément de ce qui peut être fait afin de défendre ces valeurs et ces traditions à court et à moyen terme.

L’esprit des événements était que, malgré l'échec du gouvernement actuel et de ceux l'ayant précédé à respecter nos traditions démocratiques et la volonté du peuple, nous pouvons, en étant unis et en agissant dès maintenant, obliger nos élus à rendre des comptes.

 

Campbell River, BC

À Campbell River, à 3097 Fraternal Order of Eagles, un groupe de libertaires engagés, incluant Marcopolo Ressources Inc., ainsi que d'autres ONGs locales se sont réunies pour une discussion sur la façon dont les instances démocratiques canadiennes sont muselées à travers la subversion des Lois du Parlement par le gouvernement actuel. Ce groupe supporte la législation améliorée de "Whistle-Blowing" à travers le Canada, et s'engage à continuer de contester tout gouvernement choisissant de contourner la volonté et la voix du peuple en utilisant des textes réglementaires. Par exemple, la Loi sur les restructurations et les transferts d’attributions dans l’administration publique (L.R.C., 1985, ch. P-34) visait à protéger l'intérêt public, et non pas à être utilisé comme outil de politique partisane permettant de passer au-dessus des législations sans un débat complet en Chambre des Communes.  Ce processus dure depuis près de deux décennies, et ce sous plusieurs administrations, limitant ainsi les attentes des canadiens.  À l'occasion de la Journée pour la démocratie, nous avons discuté de la façon dont cette prérogative a été mal utilisée par nos élus.

Montréal

À Montréal, l’icône du droit constitutionnel canadien, Julius Grey ; Suzanne Trépanier, femme de l'ex-président de Droits & Démocratie Rémy Beauregard ; Béatrice Vaugrante, Directrice générale de Amnistie Internationale Canada francophone ; ainsi que d'autres représentants de la coalition Voices-Voix et la coalition Pas de démocratie sans voix! se sont rassemblés afin de discuter des actions que nous pouvons prendre en tant que citoyens et de société civile pour défendre la démocratie, la liberté d'expression et la transparence au Canada, durant l'actuelle campagne électorale et à plus long terme. Représentants du NPD, du Parti vert, du Bloc Québécois ont été présents afin d’échanger des idées(le Parti libéral a indiqué qu’il n’était pas disponible pour prendre part dans les discussions et le Parti conservateur n’ai pas répondu  aux nombreuses invitations).  Tous les partis politiques à l’exception du Parti conservateur, ont envoyé des lettres exprimant leur appui pour les 8 engagements proposés par Voices-Voix.  Ici vous pouvez retrouvez un article du journal Le Devoir sur les événements de la soirée. Pour plus de détails, cliquez ici.

Oakville, Ontario

À Oakville plus de 240 personnes sont venues  pour la soirée organisée par Réclamez notre Canada démocratique qui était percutante et chargée d’émotion. Selon un résident d’Oakville : « Le développement du thème de la discussion et de l’idée da la démocratie était impressionnant et les contributions à la discussion faites par les candidats des Partis politiques  fédéraux ont été utiles afin de déterminer quelle est leur position sur l’état actuel de la démocratie au Canada ». Les quatre candidats des Partis politiques majeurs d’Oakville et les représentants de quatre groupes communautaires locaux ont offert leurs points de vues, et des douzaines de personnes ont saisit l’occasion pour donner leurs opinions sur l’état de la démocratie au Canada. Vous pouvez voir un rapport de la soirée sur le site web de RODC.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Ottawa

Plus de 200 personnes sont venues nousjoindre à midi pour une manifestation et une marche en direction du bureau du Premier Ministre, dont le point de départ était au Monument canadien pour les droits de la personne.  Des intervenants d'Amnistie Internationale Canada, du CCCI, du Réseau de plaidoyer CSP, et d'autres organisations ont parlé de la détérioration de la démocratie et des droits humains dans les dernières années. Aussi, devant le bureau du Premier Ministre, la Coalition Voices-Voix a fait des recommandations afin de pallier à cette situation (voir nos 8 engagements).  Des représentants des cinq principaux Partis fédéraux ont été invités à s'exprimer sur ces questions.  Le représentant de NPD Paul Dewar a donné un discours éloquent.

Toronto

À Toronto, Amnesty International Canada et des représentants de l’équipe juridique de Voices-Voix ont contribué à mettre sur place une discussion publique, à Sandford Fleming Building à l’Université de Toronto, sur nos moyens pour restaurer la démocratie, la liberté d'expression et la transparence au Canada.  L’animateur de la discussion Duff Conacher, Coordonnateur de DemocracyWatch et le conférencier principal Robert Fox, Directeur général d’Oxfam Canada, ainsi que d'autres intervenants ont avancé  des idées sur nos moyens, en tant que citoyens et société civile, pour défendre la démocratie, la liberté d'expression et la transparence au Canada, à court et à long terme.

Vancouver

À Vancouvert,des différentes organisations locales ont organisé une session de stratégie électorale et d'information.  Durant la soirée, nous avons accueilli comme conférenciers David Eby, Directeur exécutif de BC Civil Liberties Association et Gail Davidson, Directeur exécutif de Lawyers’ Rights Watch Canada. Le public a participé et a discuté des moyens d’appeler le gouvernement à respecter le droit à la liberté d'expression et d'opinion, les principes et les traditions démocratiques et à donner aux canadiens un accès complet à l'information concernant la prise de décision en politique publique.

Winnipeg

À Winnipeg, la « Journée pour la Démocratie » a été célébrée à l’Aboriginal Center. Les participants comprenaient  des représentants de Social Planning Council of Winnipeg, First Nations Child and Family Caring Society of Canada, Aboriginal Council of Winnipeg et Amnesty International Canada. Un représentant  du parti vert du Canada a aussi été présent. Les menaces à notre démocratie qui ont été mentionnées le plus souvent lors des débats étaient : un manque de prévoyance et d’indépendance des politiques qui sont adaptées à celles des États-Unis ;  des campagnes politiques de peur et des investissements dans des sables bitumineux. Le consensus parvenu sur les solutions était que le gouvernement Harper représente une menace pour la démocratie, que les institutions canadiennes qui sont aujourd’hui victimes d’ingérence politique et de mauvaise gestion, nécessitent une restructuration fondamentale, et que le Canada a besoin d’une politique étrangère claire pour son armée, si sa fonction de maintien de la paix continue d’être ignorée.

Wolfville, Nouvelle Écosse

À Wolfville, la « Journée pour la démocratie » était une journée pour discuter et reconnaître ces aspects du Canada qu’on aime, ainsi que pour identifier les aspects politiques qui minent le pays. Les partis qui étaient intéressés à prendre part à la discussion sont venus dans un bar local pour discuter des moyens de prendre des mesures d’action au-delà des mots. Des douzaines de personnes à l’esprit ouvert sont venues pour discuter de nos plans pour restaurer la démocratie.  Les événements ont été organisés par Citizens Assembly for Democracy.