Documenter les voix canadiennes réduites au silence

La démocratie, c’est plus que des élections. Les démocraties florissantes comme le Canada sont basées sur des droits et des libertés fondamentales. Elles garantissent l’égalité et défendent l’état de droit.

Une démocratie saine requière la participation active des citoyens et de la société civile, et la capacité de développer et expérimenter de nouvelles idées, tout comme celle de contester et de développer celles qui existent déjà.

La société civile dépend d’un environnement favorable – un environnement dans lequel le gouvernement doit s’abstenir d’interférer avec les droits, mais est aussi capable de créer un espace juridique et politique pour leur mise en œuvre.

Malheureusement, ces dernières années ont vu une constante contraction de cet espace, ainsi qu’une érosion des droits et libertés démocratiques. Il y a eu des efforts concertés pour affaiblir les institutions ainsi que les individus qui les soutiennent.

Ceux qui sont en désaccord avec le gouvernement fédéral ont vu leur fonds retirés, ont été victimes d’intimidation, de censure, ont été renvoyés et marginalisés.

Les organisations de la société civile canadienne – le développement international, l’environnement, les droits à l’égalité, les droits des femmes, l’équité salariale et les groupes de réinstallation pour les immigrants et pour les réfugiés – ont perdu leur financement ou vu leur statut d’organismes de bienfaisance menacés.

Leur travail a été désigné comme activité politique, activiste ou « plaidoyer ». Soyons clair – ces termes n’ont plus une connotation positive. Les activistes environnementalistes ont été qualifiés de « terroristes », de blanchisseurs d’argent ou d’agents œuvrant pour des intérêts étrangers. Les organisations de société civile et les activistes se sont vus attaqués, calomniés et diffamés. Des organisations ont perdu leur financement parce que leur travail pourrait servir à promouvoir les droits humains.

L’argent pour les sciences et l’innovation fondamentales et environnementales s’évapore peu à peu. Des institutions fédérales dédiées à l’apprentissage, la recherche et les données ont disparues ou ont été restreintes. Des institutions, organismes de surveillance et fonctionnaires supposément indépendants ont vu leur travail perturbé, et ont vu leur intégrité et leurs compétences mises en cause. Des agents parlementaires ont été ignorés. Des scientifiques ont commencé à s’exprimer sur le musellement des résultats de recherche et la fermeture ou la suppression de financement consacrés à des institutions canadiennes établies.

Voices-Voix documente ces individus, ces institutions, ces fonctionnaires  ainsi que ces organisations réduits au silence. 

Soumettre du contenu

Est-ce que le gouvernement a essayé de réduire au silence votre voix ou celle de votre organisation ou de personnes ou organismes que vous connaissez? Est-ce que vous avez été la cible du gouvernement pour avoir exprimé votre opinion? Est-ce qu’il vous a empêché d’avoir accès à l’information détenue par des institutions publiques?

Le manque de respect pour les droits à la dissidence et au plaidoyer a des conséquences importantes pour notre démocratie, notamment par rapport à la liberté d’expression, la transparence et l’égalité. Aidez la coalition Voices-Voix à tenir le gouvernement responsable de ses actions. Envoyez-nous des faits!

Cliquez sur « Contact » ou téléchargez  le formulaire ci-dessous et envoyez-le à : communications@voices-voix.ca

Note : Vos soumissions sont anonymes. Nous procéderons à la vérification des faits présentés dans vos demandes. Nous nous réservons le droit de ne pas publier des cas qui ne sont pas pertinents à notre mandat.