Deanna Allen

Deanna Allen

Les faits

Deanna Allen a été congédiée de son poste de vice-présidente des communications à la Commission Canadienne du Blé en février 2008 sans motif valable. Allen a été un ardent défenseur du monopole de la CCB sur la commercialisation du blé et de l’orge. Le gouvernement fédéral s’est opposé au monopole mais celui-ci a reçu le soutient de la majorité des céréaliculteurs durant le plébiscite de 2011. Les partis d’opposition ont qualifié le renvoi de Deanna Allen comme un exemple de révocation d’un fonctionnaire civil qui s’opposait aux politiques du gouvernement.


Lorsque le gouvernement conservateur est arrivé au pouvoir en 2006, il a commencé à mettre en œuvre des plans visant à éliminer le régime de commercialisation à guichet unique de la CCB – un monopole de vente de blé et d’orge qui est en place depuis 1942. Le régime de commercialisation à guichet unique était soutenu par une majorité de céréaliculteurs de l’Ouest Canadien, mais le nouveau gouvernement voulait remplacer le monopole avec un système de commercialisation mixte, qui permettrait aux producteurs de choisir de vendre des grains par l’intermédiaire de la commission ou indépendamment de celle-ci.

En décembre 2006, le président-directeur général de la CCB Adrian Measner, un ardent défenseur du système à guichet unique, a été renvoyé par le ministre de l’Agriculture Chuck Strahl. Mr. Strahl a nommé à son poste Greg Arason qui était un défenseur du système de commercialisation mixte.

Le conseil d’administration de la CCB est composé de 15 membres -10 sont élus et 5 membres sont nommés par le gouvernement fédéral.  Après avoir congédié Measner, le gouvernement Harper a nommé 5 membres dans le conseil d’administration qui feraient la promotion du système de commercialisation mixte à la CCB. Des observateurs ont soutenu que ceci a créé une division entre les membres élus et les membres nommés sur la question du système de commercialisation mixte par rapport au régime de commercialisation à guichet unique.

Entre 2006 et 2008, Deanna Allen a continué de défendre la position de la CCB en faveur du système de commercialisation à guichet unique. Measner a publiquement félicité Allen pour son travail accompli. Des sources prétendent que dès la nomination de Greg Arason, les points de vue différents d’Allen et d’Arason ont créé des tensions au sein de la CCB.

Le 2 février 2008, Deanna Allen a été congédiée de son poste après une réunion à huis clos entre le conseil d’administration de la CCB et le nouveau ministre de l’Agriculture Gerry Ritz qui avait remplacé Chuck Strahl en août 2007. Il est aussi important de mentionner qu’Allen a été renvoyée sans motif valable, ce qui signifie que sa révocation n’était pas liée à une performance médiocre. Allen a dit aux medias qu’elle était surprise par la nouvelle et qu’elle ne savait pas qu’elle serait congédiée.

Beaucoup d’observateurs croient que la position d’Allen sur le monopole de commercialisation à guichet unique était la vraie raison pour sa révocation. Des observateurs de la CCB ont dit que le vote par le conseil d’administration de renvoyer Allen représentait un changement au sein de l’institution qui pourrait affecter la position de la CCB en faveur de la commercialisation à guichet unique de l’orge.

Le président-directeur général Greg Arason a nié le fait que l’opinion d’Allen avait quelque chose à voir avec son congédiement.

Le 4 février 2008, pendant la période des questions à la Chambre des communes, la révocation d’Allen a fait l’objet de discussions à plusieurs reprises. Les partis d’opposition ont qualifié le renvoi d’Allen comme l’exemple le plus récent d’une fonctionnaire qui a été congédiée pour avoir refusé d’obéir aux désirs du gouvernement Harper.

Le conseil d’administration a dit que la révocation d’Allen freinerait la dissidence au sein de la CCB. Selon un membre du conseil d’administration qui préfère rester anonyme, « le message est clair » : « Il ne faut pas donner son soutient à la commercialisation à guichet unique. Le personnel va garder la tête basse. »

Dates importantes

  • Décembre 2006 : Adrian Measner, qui était favorable à la commercialisation à guichet unique de l’orge a été congédié de son poste de président-directeur général de la CCB par le ministre de l’Agriculture Chuck Strahl. Strahl a nommé Greg Arason , qui était en faveur d’un système de commercialisation mixte de l’orge, pour remplacer Measner comme président intérimaire et directeur général.
  • 2 février 2008 : Greg Arason renvoie de son poste Deanna Allen sans motif valable en niant le fait que sa révocation avait quelque chose à voir avec son soutien à la commercialisation à guichet unique.
  • 4 février 2008 : Les partis d’opposition accusent le gouvernement pendant la période des questions à la Chambre des communes d’avoir congédié Deanna Allen pour des raisons idéologiques.
  • Février 2008 : Les membres du conseil d’administration de la CCB expriment leur préoccupation concernant l’effet paralysant au sein de la CCB.

Emploi ou fonction

Deanna Allen s’est jointe à la Commission canadienne du blé (CCB) en 1994. Elle est devenue la vice-présidente des communications de la CCB en 2002 et elle a occupé ce poste jusqu'à son renvoi controversé en 2008. 

Portée et conséquences

  • Liberté d’expression : La révocation de Deanna Allen constitue un autre exemple de violation du droit au plaidoyer et à la contestation, et de représailles contre une fonctionnaire qui a des points de vue différents de ceux du gouvernement et des membres du conseil d’administration élus par le gouvernement.
  • Démocratie : Le congédiement de Deanna Allen et d’Adrian Measner a politisé davantage la CCB sur un sujet qui n’est toujours pas résolu parmi les céréaliculteurs, même si le système de commercialisation à guichet unique est soutenu par une majorité.
  • Démocratie : Le gouvernement Harper a ignoré le plébiscite des céréaliculteurs qui a démontré qu’une majorité de ces derniers voulaient maintenir le système de commercialisation à guichet unique. Ceci est une autre indication de la réticence du gouvernement de prendre en considération des opinions différentes des siennes même si les céréaliculteurs ayant des opinions opposées constituent une majorité.